Project Rescue Ocean

Project Rescue Ocean

Benoit Schuman, le sauveteur des fonds marins

L’Association Project Rescue Ocean, créée il y a un peu plus d’un an par le pompier professionnel et nageur sauveteur, Benoit Schuman, connait un véritable succès sur Facebook.

À travers sa page et ses diverses actions, le jeune Biterrois, âgé de 28 ans, souhaite sensibiliser les gens à la dégradation de l’environnement, notamment des fonds marins.


Benoit Shuman préfère parler d’éco-responsabilité ou d’éco-citoyenneté plutôt que d’écologie. À travers sa page Facebook « Project Rescue Ocean » (Projet Sauvons l’Océan), qui compte plus de 4800 abonnés, le pompier professionnel partage ses préoccupations sur la pollution de nos fonds marins : « C’est en faisant de la plongée que j’ai été horrifié par l’état de nos fonds marins. Nos récifs sont de vrais dépotoirs ! En 10 ans, j’ai vu l’environnement se dégrader. Les gens ne prennent plus la peine de jeter leurs déchets à la poubelle. On a plus de chance de tomber sur un sac que sur une belle dorade, il n’y a plus de vie prés des côtes héraultaises. J’ai donc décidé d’agir », explique Benoit. Le jeune homme partage les vidéos de ses escapades sous marines pour alerter les gens. Des images parfois tristes comme une baleine morte à cause de 400g de sacs en plastique trouvés dans son estomac ou un enfant qui trempe ses pieds dans un tas d’immondices.

Très vite, il a été dépassé par le nombre de likes, de partages et d’abonnés. Ses publications atteignent plus de 200000 vues en l’espace de quelques semaines.

Il décide de déposer le nom « Project Rescue Ocean » et de créer son association avec ses propres fonds.

 

Project Rescue Ocean attire vite l’attention de plus grosses ONG comme Sea Shepherd, qui compte parmi ses membres le capitaine Paul Watson que Benoit a eu le privilège de rencontrer lors d’une conférence, ou la fondation Nicolas Hulot, qui lui propose de collaborer.

Mais à l’instar de ses compères Benoit ne voit pas sa démarche comme « un combat » : « Project Rescue Ocean est une association à but non lucratif et apolitique. Le but n’est pas d’accuser les pécheurs, les estivants ou les communautés comme le font un grand nombre d’ONG. Il faut travailler ensemble et avoir une prise de conscience collective. Les pécheurs trouvent en moyenne 50 kg de plastiques par pêche à plus de 30 kms des côtes. Ils vivent de la pêche, c’est leur lieu de travail et ils doivent le protéger donc je préfère travailler avec eux que contre eux. Bien-sur il y a de la surpêche mais les pécheurs locaux font moins de mal que la pollution », Un message positif qu’il souhaite transmettre aux plus jeunes.

 

Sensibilisation dans les écoles, travail d’intérêt général et actions sur le terrain

Le jeune pompier sauveteur assiste chaque année depuis son perchoir à l’incivilité des baigneurs :

« Je pense que les parents doivent transmettre le bon message à leurs enfants en montrant l’exemple. Plus ils seront éduqués, plus ils deviendront respectueux de l’environnement. Malheureusement, les parents sont trop négatifs. J’ai donc choisi de m’adresser directement aux enfants. Sensibiliser les enfants rend les adultes responsables car un enfant reste toujours positif et peut croire que de petits gestes font la différence ». Un défi que le jeune homme a souhaité relever : « Je suis allé dans des écoles primaires régionales pour montrer l’impact de la pollution sur la faune et la flore, au moyen d’ateliers et de jeux ludiques ». Au gré de ses plongées, Benoit récolte des déchets insolites pour les montrer aux élèves : « J’ai projeté en classe un DVD montrant l’état des fonds marins et les élèves ont fait du tri entre des matières qui polluent et des coquillages ». Visiblement la démarche a plu car des écoles maternelles de grande section, primaire et Collège de Bordeaux et de Paris l’ont sollicité pour des interventions.

 

L’association a besoin de soutien

12642699_963632530383344_7830456197023190692_nBenoit souhaite monter un site internet et renouveler la sensibilisation dans les écoles ainsi que ses actions avec les tigistes.

Il aimerait proposer un programme  Préservation de l’environnement à l’éducation nationale. Il prévoit de nettoyer une route départementale de 20 kms : « Un déchet jeté sur la route peut finir dans un ruisseau qui se jette dans une rivière puis dans la mer ». « Il faut donner une nouvelle dynamique plus agréable aux opérations de nettoyage », ajoute-t-il. Le pompier souhaite trouver des fonds pour approfondir ses actions.

 

Peu de moyen mais des actions qui fonctionnent

Benoit Schumann veut avant tout prouver aux mairies qu’avec peu de moyen on peut élaborer des actions qui fonctionnent. Il écrit au ministère de la justice pour avoir des tigistes (des personnes qui doivent des heures à l’État), pour ramasser des déchets sur les plages, en octobre, après le départ des estivants.

En une semaine, une dizaine de tigistes a ramassé plus d’une tonne de déchets rejetés par la mer sur 8 kms de plage. Un franc succès qui sera renouvelé cette année.

Le député Eli Abou a par ailleurs débloqué 1000 euros de la réserve parlementaire pour l’association. Project Rescue Ocean s’est également associée au Collectif Santé, notamment avec Roland Sanchez, infirmier et Bertrand Guerrero, médecin pneumologue, pour créer un cendrier de plage respectueux de l’environnement, vendu 2 euros sur la page Facebook « Project Rescue Ocean ».

Des fonds qui servent à financer l’association et les événements qui sont organisés.

 

+ Pour plus d’infos

Association Project Rescue Ocean

benoit.schumann@wanadoo.fr

06 23 68 87 48 +

Facebook : Project Rescue Ocean

Laissez un commentaire