PROJECT RESCUE OCÉAN - L'ASSOCIATION QUI DÉPASSE LES FRONTIÈRES

PROJECT RESCUE OCÉAN - L'ASSOCIATION QUI DÉPASSE LES FRONTIÈRES

Local magazine avait eu la chance de rencontrer Benoit Schuman, fondateur du mouvement Project Rescue Ocean, en 2016. Nous l’avions à l’époquesurnommé : le sauveteur des fonds marins. Unsurnom qui lui va à merveille compte tenu de son implication et de sa détermination à dépolluer les fonds marins. Le jeune homme d’une trentaine d’années ne lâche rien et ce qui était à la base un page Facebook, s’est peu à peu transformé en association et mouvement qui fait de plus en plus d’adeptes et dépasse même les frontières.

Pompier professionnel et nageur sauveteur de métier, Benoît Schuman, a su développer son association au-delà des frontières françaises et connaît un véritable succès sur les réseaux sociaux avec plus de 10 000 followers sur Facebook, Instagram, Twitter mais aussi YouTube.

Des centaines de bénévoles participent régulièrement aux actions et aux conférences menées par Project Rescue Ocean.
Un succès qui se doit avant tout à une prisede conscience collective des citoyens pour lapréservation de l’environnement :

« Notre but est de sensibiliser le grand public, en particulier la jeunesse sur l’état de l’environnement du littoral. Mais aussi de mener des actions sur lesplages, les mers mais aussi les rivières, les cuves et Les océans car tous sont étroitement liés. Nous avons des bénévoles âgés de 7 à 77 ans qui participent aux dépollutions, c’est incroyable ! Nous faisons en sorte d’offrir des moments conviviaux lors de nos actions avec de la musique, parfois des dégustations… Nous voulons fédérer toutes les générations à notre cause », explique Benoît Shuman.

« Project Rescue Ocean ne fait pas de politiquemais de l’éco-citoyenneté ! », Benoît Shuman

« Ne ne faisons pas de leçon de morale, nousvoulons juste rendre nos fonds marins plus propres et inculquer aux plus jeunes les bons gestes et lesconséquences de la pollution sur l’environnement »,poursuit Benoît Shuman.

Une action qui tient toujours à cœur au jeunehomme puisqu’il continue ses interventions dans les écoles de la région.

L’ASSOCIATION DANS LE MONDE

L’association a dépassé les frontières. Des antennes sont actuellement actives à Bali, Hawaï, l’île Maurice, la Côte d’Ivoire, le Brésil, la Polynésie… et d’autres vont bientôt s’ajouter au mouvement.

« Ce sont eux qui nous ont contactés. Sensibles à notre cause, ils ont voulu mener des actions dansleur pays, parfois très touchés par la pollution », ajoute Benoît Shuman.

Il semble, en effet, que le monde change et qu’il y a une solidarité éducative autour de la préservation de l’environnement.

DES FONDS NÉCÉSSAIRES POUR MENER DES ACTIONS 

Aujourd’hui, l’association Project Rescue Ocean a un conseil d’administration qui s’occupe de récolter des fonds et de prendre des décisions qui s’imposent.Des adeptes de tous horizons : chefs d’entreprise, in rmiers, pompiers, commerciaux, chimistes… Tous sensibles à la même cause : sauver les fonds marinset préserver les plages.

Des clubs de sport et des entreprises de mode se joignent aux actions et proposent diverses idées pour récolter des fonds comme la création d’unerobe en let de pêche pour sensibiliser à travers la mode.

les-dechets-issus-de-la-haute-mer-vont-etre-recycles-dans-la_2658745_667x333

Des ONG font également des dons, tous comme des petites associations. Il faut dire que les relais des posts sur les réseaux sociaux par de grandes personnalités comme Guillaume Canet, Jean Dujardin ou encore Laury Thilleman a aider l’association a récolter des fonds par une médiatisation plus importante.

ET POUR LA SUITE …

« En septembre, une bande dessinée va sortir, à travers l’histoire d’une petite sirène, qui va re-chercher l’origine de la pollution, nous voulons sensibiliser le grand public de façon amusante.La BD sera en vente à 13 euros et nous permet-tra de récolter des fonds pour mener nos ac- tions », explique Benoît Shuman.

« Le nettoyage du Port de Marseille est égale- ment prévu et nous voulons ouvrir des antennesà Paris, Bordeaux et dans les Pays Basque. Enseptembre, après le départ des touristes, nous reprendrons le nettoyage des plages et de l’Orb », ajoute le jeune homme.

20180421_095055 IMG_3700

DSC04672

+ d’infos

Association project rescue ocean

projectrescueocean@gmail.com

06 23 68 87 48

FACE BOOK : project rescue ocean

 

Laissez un commentaire