Crédits immobiliers

Crédits immobiliers

Les taux en baisses

Les taux de crédits immobiliers sont actuellement les plus bas de l’histoire, avec des décotes allant jusqu’à 0,5 % pour les meilleurs profils d’emprunteurs. Les banques cherchent toujours à attirer de nouveaux clients et favorisent ainsi la baisse des taux.

Les bons profils, Les premiers bénéficiaires

Les conditions d’emprunt immobilier sont très attractives. Pour attirer les meilleurs profils, les banques n’hésitent pas à descendre en dessous de 1%. Les meilleurs profils peuvent obtenir des conditions de financement très intéressantes. Par exemple, avec un apport personnel supérieur à 20 % du coût du projet d’acquisition et en domiciliant ses revenus chez la banque prêteuse, il est possible de bénéficier d’une baisse de taux significative, de 0,90 % pour un crédit sur 20 ans, là où les barèmes oscillent entre 1,40 % et 2,30 %. (moyenne officielle est de 1,60 %). Outre la concurrence entre les banques, cette situation s’explique par la politique de la Banque Centrale Européenne (BCE) qui maintient son taux directeur à zéro. Jusqu’à la fin de l’année, aucune augmentation notable n’est à craindre. Une hausse est possible en 2019, mais restera progressive (le taux directeur à zéro de la BCE ne prendra fin qu’en août 2019). Les premiers bénéficiaires sont favorisés lorsqu’ils remplissent les conditions requises :

  • un CDI,
  • une bonne gestion des finances personnelles,
  • une capacité d’emprunt suffisante
  • un apport personnel important

Contracter d’autres produits ou services auprès de la banque peut aussi vous permettre d’accéder plusfacilement à l’emprunt, par exemple l’ouverture d’un livret d’épargne pour ses enfants. Les taux de moins de 1 % sont généralement réservés aux financements courts, sur 5 à 9 ans.

Les banques en ligne proposent généralement les taux les plus bas. Une simulation de prêt immobilier reste indispensable pour trouver la formule la mieux adaptée à ses besoins et à sa situation. L’allongement du délai de remboursement vous permet de profiter d’un allègement des mensualités mais cela implique un coût. Il faut tenir compte de sa capacité d’emprunt, qui reste déterminante dans l’ajustement de la durée d’emprunt.                                                                                                                                                                                                                                                          Il convient de bien réfléchir à l’utilisation du bien. Celui-ci sera conservé ou bien destiné à la revente en vue d’un autre projet ?

Des taux bas mais une nouvelle taxe

Les emprunteurs doivent prévoir la taxe spéciale, qui allongera leur mensualité de quelques euros. L’année prochaine, cette taxe spéciale sur les conventions d’assurance (TSCA) concernera aussi les risques de décès dans le cadre d’un crédit immobilier. 9 % seront applicables à tous les nouveaux contrats. Par exemple, un prêt de 100 000€ sur 15 ans coûtera au total près de 550€ en TSCA. Les prêts souscrits jusqu’à la fin de l’année, pour leur part, peuvent bénéficier de l’amendement Bourquin.

Avoir recours À un courtier

Les emprunteurs cherchent l’offre la moins chère possible pour leur crédit. Outre le recours aux comparateurs en ligne, ils sont de plus en plus nombreux à s’adresser aux courtiers. Le rachat de crédits est, par exemple, une opération complexe pour laquelle il est essentiel d’être bien conseillé. Hugo Ricard, courtier chez CAFPI Béziers, explique : « nous avons l’expertise nécessaire pour effectuer une étude pertinente des dossiers. L’étude est gratuite et cela vous permet de bénéficier d’une étude personnalisée de votre dossier par un expert en regroupement de crédits, de procéder au montage adéquat, de rechercher les bons partenaires, les conditions de prêt et d’assurance les plus adaptées à votre projet ». La rémunération de votre courtier n’intervient qu’après l’acceptation effective de votre dossier et sa signature et elle est financée dans le cadre de votre nouveau crédit unique. « En moyenne, nous négocions des taux de 1,50 % sur 25 ans, c’est très avantageux. Parfois sur 30 ou 35 ans. L’essentiel est d’évaluer le coût global de votre crédit et vos mensualités. Nous pouvons aussi négocier un financement sans apport personnel, grâce à notre réseau très étendu. Nous travaillons avec les banques nationales et même espagnoles. Les agences immobilières nous envoient régulièrement des clients », ajoute Hugo Ricard.

Ces spécialistes du prêt à l’habitat négocient en moyenne près de 40 % des financements octroyés par les banques. Selon l’association de consommateurs Que Choisir, l’emprunteur économise près de 12 000€ en faisant appel à un courtier. Ils se plient à une réglementation stricte dans l’exercice de leur activité. L’immatriculation à l’Orias, le registre unique des intermédiaires en assurances, banque et financement, est obligatoire et ils doivent disposer du statut d’intermédiaires en opérations de banque et en services de paiement (IOBSP). Le courtier le plus efficace est celui qui a noué des relations de qualité avec le maximum d’établissements. Grâce à son réseau étendu, il peut négocier les meilleures conditions pour son client. Il connaît les spécificités des différentes enseignes (profils ciblés, politiques de taux) et les offres promotionnelles en cours. Une grande aide et un gain de temps pour le futur emprunteur ! 

Façade côté

+ d’infos : www.cafpi.fr

 

 

 

 

Laissez un commentaire